Des enquêtes au long cours. Tabac et perturbateurs endocriniens. Une proposition.

Chers collègues,
Je voudrais vous proposer que nous mettions en place un travail d’enquête avec nos élèves qui consisterait à travailler sur quelques sujets de façon approfondie et sur le long terme.
Permettez-moi de prendre un exemple, celui des perturbateurs endocriniens et de l’influence, réelle ou supposée, que les lobbys exerceraient sur les pouvoirs publics pour les induire à prendre des décisions contraires à l’intérêt général et favorables à leurs intérêts. Un autre sujet, qui revêt des caractéristiques similaires, est celui du dispositif mis en oeuvre par l’Union européenne pour lutter contre la contrebande de tabac, dont le Parlement européen a rejeté la reconduction.
J’imagine le schéma suivant :

  1. Préparation d’un dossier permettant aux élèves et enseignants impliqués dans le projet de se faire une idée de la problématique.
  2. Interrogation par écrit (par lettre, par mail…) de quelques décideurs et scientifiques qui peuvent nous éclairer sur la question.
  3. Lecture critique de leurs réponses
  4. Rencontre filmée avec nos interlocuteurs
  5. Mise en place d’un site web mettant à la disposition du public les informations récoltées

Ce travail, dans mon esprit, devrait donner lieu à des collaborations avec des partenaires tels que des médias ou des écoles de journalisme. Il faudrait également inviter des collègues d’établissements étrangers à s’associer avec nous, ce qui nous permettrait de proposer une perception diversifiée de la problématique étudiée.
Je crois que le centre de gravité de cette démarche doit être le CDI, non la classe, pour des raisons de stabilité et, aussi, d’ouverture à chacun.
J’ai testé l’idée en écrivant moi-même un certain nombre de courriers, que je n’ai pas envoyés et qui ne constituent que des pistes de réflexion. Ces lettres ont été insérées dans une matrice fictionnelle qui ne doit pas vous troubler et que vous n’aurez pas de mal à écarter1.
De nos conversations et des intérêts variés qui sont les vôtres, je déduis que beaucoup d’autres sujets pourraient trouver place dans un dispositif comme celui que je me permets de proposer.
Je publie ce mot dans mon blog afin de mettre la proposition à la disposition de collègues d’autres établissements que le nôtre.
Bonne journée,
Sebastián

1Je formule l’hypothèse que l’écriture de fictions peut être un vecteur de connaissance et de réflexion. La matrice fictionnelle dont je parle m’aide à tester -au doigt mouillé- cette hypothèse en ma personne.

 
http://sebastiannowenstein.blog.lemonde.fr/2018/11/07/perturbateurs-endocryniens-une-synthese/
http://sebastiannowenstein.blog.lemonde.fr/2018/10/13/le-lobbying-de-lindustrie-du-tabac-enqueter-avec-nos-eleves-lettre-a-une-deputee/

Laisser un commentaire