A Lille, le mercredi 16 octobre 2019.

s/c du chef d’établissement

Monsieur le ministre,

Le 21 novembre 2017, vous annonciez devant la représentation nationale1 que vous porteriez plainte contre le syndicat SUD pour l’emploi d’expressions telles que racisme d’État lors d’un stage syndical. Vous vous insurgiez aussi contre le recours, lors de ce stage, à la technique de la non-mixité2, venue des Etats-Unis. Il fut d’emblée clair, cependant, que votre initiative n’avait pas de base juridique : vous avez succombé devant les tribunaux3.

Aujourd’hui, après qu’un élu de la République s’en est pris avec brutalité à une mère qui accompagnait une sortie scolaire, vous ne semblez pas animé du même élan et votre condamnation est nuancée par ce qui la suit, cette affirmation que le voile n’est pas souhaitable dans la société4.

Monsieur le ministre, il naît de la confrontation de ces deux séquences une impression d’incohérence ou de disproportion susceptible d’ébranler la confiance dans les institutions, dans la nôtre en particulier. Comment comprendre qu’annoncer un stage réservé à des adhérents au moyen de quelques expressions courantes en sciences sociales entraîne des poursuites pénales, alors que l’attaque virulente et publique d’un élu de la République contre la mère d’un élève dans le cadre d’une sortie scolaire n’appelle de votre part que les propos mentionnés plus haut ?

Comment comprendre que vouloir libérer la parole de personnels racisés en les invitant à avoir quelques échanges entre eux ait conduit des syndicalistes devant les tribunaux, alors que, face aux éructations qui criminalisent toute une frange de la population au sein même d’une enceinte de la République, vous vous contentez d’une désapprobation verbale toute en nuance ?

Cet enfant de dix ans qui, en pleurs et effrayé, se réfugie dans les bras de sa mère, a-t-il droit à la protection et à la sollicitude de la République ? Vous vous êtes fait applaudir à l’Assemblée nationale lorsque vous vous en êtes pris à SUD. Debout, comme un seul homme ou presque, les députés vous félicitaient. Vous ferez-vous applaudir derechef pour signifier à chacun avec la solennité requise que l’École réagit avec force lorsque l’on s’en prend aux enfants qu’on lui confie en humiliant leurs parents ?

Je parie qu’à défaut, lors du prochain stage de SUD sur le racisme d’État, l’étude de cet épisode occupera une place prépondérante. Je parie aussi, ce qui est plus grave, que d’aucuns trouveront confirmation dans ces évènements que la République n’est pas pour eux. Nul ne saurait s’en réjouir.

J’ai noté également, monsieur le ministre, que vous souhaitiez que l’on cherche à éviter localement que des mères voilées participent à des sorties scolaires. Pourtant, comme vous le reconnaissez vous-même, la loi permet ce que vous voulez voir évité. Si nous agissons comme vous le souhaitez, sur quelle base légale le ferons-nous ? Comment nous immiscer dans ce qui relève des choix religieux d’une mère d’élève sans enfreindre notre obligation de neutralité et sans porter atteinte à la laïcité et à la liberté de conscience de la personne visée ? Nous appelez-vous à méconnaître, localement, la loi et les droits fondamentaux que la République garantit à chacun ?

Je ne doute pas, monsieur le ministre, que votre réponse à ce courrier ou vos actes permettront bientôt de lever cette impression de disproportion que je viens de m’efforcer de décrire.

Je publie ce courrier à l’adresse http://sebastiannowenstein.org/2019/10/16/lettre-par-la-voie-hierachique-au-ministre-blanquer-ceux-qui-denoncent-le-racisme-et-ceux-qui-sen-rendent-coupables-une-demande-de-clarification/

Je vous prie d’agréer, monsieur le ministre, l’expression de mes salutations respectueuses et dévouées.

S. Nowenstein, professeur agrégé.

Voir aussi :

1Voir http://www.assemblee-nationale.fr/15/cri/2017-2018/20180064.asp

2Voir https://www.education.gouv.fr/cid123041/communique-de-jean-michel-blanquer.html

3Voir https://www.liberation.fr/france/2018/02/07/racisme-d-etat-la-plainte-de-jean-michel-blanquer-contre-un-syndicat-classee-sans-suite_1628125

4Voir https://www.mediapart.fr/journal/france/121019/apres-lagression-dune-femme-voilee-par-un-elu-rn-la-classe-politique-se-reveille?page_article=2

Categories: Non classé

Leave a Reply