Courrier envoyé à monsieur Hude, directeur du pôle "Éthique et environnement juridique" aux Écoles militaires Saint-Cyr Coëtquidan le 31 juillet 2016.

Cher Monsieur,
Cher collègue,
Professeur dans le secondaire, je dois, au titre de mes missions, enseigner l’esprit de défense1 2 3
Je souhaite aborder avec mes élèves la question de l’éthique militaire au travers de la guerre d’Algérie. Je dispose d’ouvrages nombreux et, en général, critiques, de chercheurs non liés à l’armée, mais ai recherché en vain des études produites par l’institution militaire. J’ai lu avec intérêt les actes abrégés des journées internationales « Éthique et forces morales »4 qui se sont tenues sous vos auspices, mais la question algérienne n’y est pas abordée.
Existe-t-il des études qui reflètent la réflexion éthique menée par l’armée à la suite de la guerre d’Algérie ? Dans l’affirmative, auriez-vous, cher monsieur, la bonté de m’en donner les références ?
Je vous prie d’agréer, cher monsieur, cher collègue, l’expression de mes salutations distinguées.
Sebastián Nowenstein,
professeur agrégé.
 

1 « À partir de la rentrée 1998, les principes et l’organisation de la défense nationale et de la défense européenne font l’objet d’un enseignement obligatoire dans le cadre des programmes des établissements du second degré des premiers et second cycles.

Cet enseignement a pour objet de renforcer le lien armées-Nation tout en sensibilisant la jeunesse à son devoir de défense ». Loi du 28 octobre 1997 portant réforme du service national, chapitre IV, article L.114-1, citée dans BO en ligne Hors série N°8 du 6 août 1998

2Voir aussi : « Former des citoyens conscients et actifs, autonomes et engagés, aptes à contribuer à la vie politique, économique, intellectuelle et sociale de notre pays, à défendre sa liberté et ses valeurs constitue un des objectifs fondamentaux de la République. L’école de la Nation est chargée de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour y parvenir.

Dans ce contexte, la définition du socle commun de connaissances et de compétences fait de la défense l’une des connaissances que tout élève doit avoir acquises à la fin de la scolarité obligatoire, au titre de la culture humaniste, de la compétence sociale et civique et du développement de l’autonomie et de l’initiative. »

PROTOCOLE D’ACCORD ENTRE LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE ET LE MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE, DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE, Bulletin officiel n° 7 du 15 février 2007

3Ou encore :  « Le protocole signé par les ministres chargés de la défense, de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche est marqué par trois orientations fondamentales : développer l’esprit de défense, donner à l’enseignement de défense sa juste place dans la formation des futurs citoyens, dans la recherche et dans la vie intellectuelle de notre pays ; contribuer à l’emploi des jeunes et à l’égalité des chances ; créer un dispositif de suivi et d’évaluation complet et cohérent.

(…) Au collège et au lycée, l’ensemble des disciplines doit concourir à l’éducation à la défense. »

Bulletin officiel n° 32 du 13 septembre 2007 circulaire d’application.

Laisser un commentaire