A Lille, le 29 novembre 2021.

Monsieur le Ministre,

s/c du chef d’établissement

  1. Le lundi 7 décembre 2020, le président de la République a attribué la grand-croix de la légion d’honneur au maréchal Sissi.
  2. Par l’oppression brutale qu’il exerce sur son peuple, le maréchal Sissi agit contre la cause de la liberté que la France, au contraire, défend dans le monde.
  3. En janvier 2019, le Président de la République lui-même déclarait : « Aujourd’hui, ce ne sont pas seulement des opposants politiques qui sont emprisonnés, mais bien des opposants qui sont dans le champ démocratique traditionnel, qui ne menacent pas la stabilité du régime. Ce sont des journalistes, des homosexuels, des femmes et des hommes qui ont des convictions »[1]
  4. Cinq mois après que le Président eut décoré le maréchal Sissi, une importante vente de matériel militaire à l’Égypte avait lieu[2].
  5. Il s’est créé ainsi l’apparence que l’attribution de la grand-croix de la légion d’honneur au maréchal Sissi avait pour but moins de récompenser des services éminents rendus à la France[3] que de favoriser la conclusion dudit contrat.
  6. L’article 135-2 du code de la légion d’honneur dispose que cet insigne peut être retiré à l’étranger qui aurait nui aux causes que la France soutient dans le monde. Étant donné que la liberté est l’une des causes que la France défend dans le monde, je comprends que l’État a de cette valeur une définition telle que les actes du maréchal Sissi ne lui nuisent pas.
  7. Selon des révélations récentes de Disclose, qui n’ont pas été contredites, la France a autorisé la vente de systèmes informatiques de surveillance de masse à l’Égypte.
  8. Je souhaiterais être éclairé sur le sens qu’il faut donner à la valeur de liberté, que je dois, en vertu de l’article L 111-1 du code de l’éducation, faire partager à mes élèves.
  9. Je crains, en effet, que la proclamation de cette valeur n’apparaisse comme insincère aux yeux de ces derniers et qu’ils se disent qu’elle peut être agitée ou mise sous le boisseau suivant les nécessités politiques et commerciales de l’État ou des entreprises nationales. Je crains aussi qu’ils pensent qu’elle est dépourvue de contenu substantiel, qu’il s’agit, pour l’État à tout le moins, d’un mot sonore mais creux.
  10. J’ajoute que je m’interroge aussi sur le sens qu’il faut donner à la valeur de fraternité, dès lors qu’il semble acceptable de fournir au maréchal Sissi et à son régime les outils de surveillance susmentionnés, susceptibles d’être employés contre des journalistes, des homosexuels, des femmes et des hommes qui ont des convictions ou des opposants qui sont dans le champ démocratique traditionnel, qui ne menacent pas la stabilité du régime, pour reprendre les paroles du président de la République. Ces Égyptiens que le régime du maréchal Sissi persécute ne sont-ils pas nos frères humains ? Croit-on peut-être que ce régime réserve l’emploi de ces outils à des terroristes et que la justice égyptienne empêche les abus ?
  11. J’ai noté, monsieur le Ministre, que lors de votre discours du 19 octobre 2021 au CNAM, vous avez affirmé qu’un enseignant qui aurait un problème avec les valeurs de la République devrait quitter le métier. J’ai, pour ma part, un problème avec les valeurs de liberté et de fraternité si celles-ci sont compatibles avec le fait de doter un régime comme celui du maréchal Sissi d’outils lui permettant de surveiller de façon massive et systématique sa population et de cibler journalistes, homosexuels et opposants pacifiques.
  12. Je souhaiterais donc au surplus recevoir des éclaircissements sur la valeur qu’il faut accorder à votre discours du 19 octobre : s’agit-il de proclamations creuses ou s’agit-il d’un acte devant produire des effets de droit ? Dois-je, au vu de ce que je viens d’exposer, quitter le métier d’enseignant ?

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, monsieur le ministre, l’expression de mes salutations les meilleures.

S. Nowenstein, professeur agrégé.


[1] Voir : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/01/29/au-caire-macron-et-sissi-confrontent-leur-vision-des-droits-de-l-homme_5415967_3212.html

[2] Voir Disclose, qui a révélé ce contrat, ou Le Monde.

[3] Voir l’article  R 128 du code de la légion d’honneur : Les étrangers qui se sont signalés par les services qu’ils ont rendus à la France ou aux causes qu’elle soutient peuvent recevoir une distinction de la Légion d’honneur dans la limite de contingents particuliers fixés par décret pour une période de trois ans.

Catégories : Non classé