Macron et la linguistique soviétique. Bientôt Lyssenko ?

Une langue européenne se met en place et le Gaulois est rétif à la réforme, dit le président Macron. L’insoumis Corbière parle de « sottise confondante ». Sait-il, ce dernier, que la pensée du linguiste soviétique Marr, permet d’étayer les affirmations du président ? Alors que les communistes ou leurs héritiers ont, à l’évidence, tourné la page, le président Macron paraît se ressourcer dans la « science marxiste ». Bientôt Lyssenko, monsieur le Président ?

Des déclarations du président Macron au Danemark, on a commenté ses théories sur le Gaulois. On n’a pas prêté assez attention à ses considérations en matière linguistique.
Le président a déclaré que la langue danoise n’est pas seulement le danois, mais, déjà, part de la langue européenne :

Interpellé mardi par une étudiante danoise sur l’avenir des identités en Europe, M. Macron lui avait répondu, provocateur : « Le vrai Danois n’existe pas, il est déjà européen. Même votre langue n’est pas seulement le danois, elle est part de la langue européenne. » « C’est vrai aussi pour les Français », a-t-il ajouté,

informe Le Monde.
Macron n’improvise pas ; c’est un gros travailleur qui prépare ses dossiers tard dans la nuit. Ce qu’il dit est sourcé, toujours fondé sur la recherche. L’idée qu’une langue européenne se met en place, il a dû la trouver, je crois, en lisant le linguiste soviétique Nicolas Marr, qui avait fait l’hypothèse que, dans une société communiste, les langues tendraient à fusionner pour donner un idiome commun à tous.
Chaque jour, je découvre une preuve nouvelle de l’étendue et la profondeur de la pensée du président Macron. Je ne comprends pas qu’on ne comprenne pas sa grandeur. Les déclarations de Corbière, qui évoquent une sottise confondante, sont inqualifiables. Le président Macron devrait poursuivre en justice ce député au petit pied.
Bientôt, dans ce blog : Lettre de Nierenstein à Macron au sujet de Tema del traidor y del héroe. Il s’agit d’une lettre qu’Esteban Nierenstein envoie au président par la voie hiérarchique pour lui proposer de s’associer à un travail scolaire qui vise à comprendre le monde d’aujourd’hui en lisant Borges.
On peut lire aussi :
http://sebastiannowenstein.blog.lemonde.fr/2017/12/23/paul-ricoeur-pseudonyme-demmanuel-macron/
Esteban Nierenstein,
professeur agrégé.
(Je poursuis la publication des écrits d‘Esteban Nierenstein, professeur agrégé dans un autre univers et qui a choisi de publier chez nous pour éviter les sanctions dont on le menace dans son monde à lui. Je dois dire que j’ai du mal à comprendre la vindicte dont on poursuit mon collègue ; il ne dit rien de mal. SN)

3 réponses sur “Macron et la linguistique soviétique. Bientôt Lyssenko ?”

  1. À la demande d’Esteban Nierenstein, cet article vient d’être modifié. Nous ajoutons une question sur l’avenir dans le titre : « Bientôt Lyssenko ? » et nous ajoutons également le chapeau, oublié par mégarde :
    « Une langue européenne se met en place et le Gaulois est rétif à la réforme. Corbière parle de « sottise confondante ». Sait-il seulement que la pensée du linguiste soviétique Marr, contemporain de Lyssenko, permet d’étayer les affirmations du président ? Alors que les communistes ont, à l’évidence, tourné la page, le président se ressource en retrouvant les hypothèses de la « science marxiste ». Bientôt Lyssenko ? »

Laisser un commentaire