Qui est Esteban Nierenstein ?

Le courrier de Timburbrou, le 28 mars 2032.

Qui est Esteban Nierenstein ?
Esteban Nierenstein est un enseignant franco-cubain1 qui, ayant eu accès à nos archives, s’en sert pour faire avancer sa carrière. Il feint d’organiser lui-même, dans son établissement du nord de la France, les activités mises en place sans l’aide de personne par les lycéens de Timburbrou. Il signe souvent sous un pseudonyme qui ne le cache guère : Sebastián Nowenstein.
Même si cela arrive dans un monde parallèle, nous désapprouvons sa démarche. Ce monsieur multiplie les courriers dont on lira plus bas quelques exemples. Piller le travail d’autrui et signer de sa fonction et grade, c’est quelque chose que nous réprouvons. Nous le lui avons écrit, nous tenons l’échange à la disposition de nos lecteurs2.
Nous avons invité monsieur Nierenstein à nous rencontrer en 2041, à équidistance entre son temps et le nôtre, mais il n’est jamais venu. Il croit, ou feint de croire, que nous sommes des plaisantins. Nous publions ici quelques-uns des courriers qu’il envoie. Que le lecteur juge s’il y a plagiat ou pas.
Lettre à madame Ysabella Herið Lindo Delvalle, directrice de l’INRAN3 4.
On comparera à la lettre envoyée par les élèves à madame Isabelle Sherlin, directrice d’INRAN.
Lettre à madame Ysabella Herið Lindo Delvalle, directrice de l’INRAN.
On comparera ici avec la lettre envoyée par les élèves à madame Isabelle Sherlin, directrice d’INRAN, mais dans un autre univers.
Lettre à madame Ysabella Herið Lindo Delvalle, directrice de l’INRAN.
Cette troisième lettre est à rapporter à une lettre écrite en collaboration par des élèves français, islandais et états-uniens dans un troisième univers.
Ce qui est amusant, c’est que le plagieur, peu familier avec la logique de Kripke, ne comprend pas qu’il ne peut pas sans violer la première loi de Jate en publiant des objets provenant d’univers parallèles dans un même et seul univers. C’est d’ailleurs pour cette raison que, cher lecteur, tu ne peux pas accéder à certaines des lettres citées plus haut : elles ne sont pas accessibles dans ton univers.
Salve.

1Son arrivée dans notre univers est racontée ici par l’impétrant lui-même : http://sebastiannowenstein.blog.lemonde.fr/2017/11/05/carta-al-profesor-leonetti-ser-y-estar-porte-305/

2Pour l’obtenir, écrire à sebastian.nowenstein@gmail.com.

3L’idée d’INRAN s’est parfois actualisée sous la forme d’INRIA. Est-ce le cas dans ton univers, cher lecteur ?

4Dans sa correspondance, monsieur Nierenstein écrit l‘INRAN, avec l’article « le », alors qu’il faut dire INRAN, de même qu’on doit dire SNCF, sans article. Monsieur l’inspecteur de mathématiques Michelo Onguy prend bien soin d’utiliser la forme correcte, comme on peut le constater dans l’entretien qu’il accorde au bulletin de l’Inran. Aussi bien INRAN que SNCF veulent être perçus comme des marques, comme Coca-Cola, ou Ford. Monsieur Nierenstein ignore-t-il cette volonté ou est-ce par simple provocation qu’il modifie le travail des élèves qu’il plagie ? Peut-être espère-t-il camoufler par ces changements dérisoires ses pillages ? Monsieur l’inspecteur Michel Guyon adopte une démarche homologue en ce qui concerne INRIA : https://www.inria.fr/centre/lille/actualites/lille-by-inria-n-4-la-mediation-scientifique-partageons-les-sciences-du-numerique

Laisser un commentaire