Ce projet vise à étudier la question des contrôles au faciès.
Il prend appui sur le cas Rosalinda Williams, en Espagne, et, en France, sur la décision de la Cour de Cassation du 9 novembre 2016, qui a confirmé la condamnation de l’État pour des contrôles dits au faciès.
Le but de ce projet est de permettre à des élèves français et espagnols de mieux connaître le cadre légal qui réprime la discrimination dans leurs pays respectifs. Plus généralement, il s’agira de réfléchir aux mécanismes qui engendrent la discrimination.
La méthodologie proposée prévoit, dans un premier temps, la préparation d’un dossier faisant le point sur la question des contrôles discriminatoires. Ensuite, les élèves mèneront une enquête de proximité afin d’estimer l’étendue du problème. Enfin, les élèves débattront sur la manière dont nos sociétés peuvent agir pour garantir à l’ensemble des citoyens que le principe fondamental de la non-discrimination est effectivement respecté.
Les enseignants désireux de prendre part à ce projet sont priés d’écrire à monsieur Nowenstein (sebastian.nowenstein(at)gmail.com). La participation au projet ne requiert pas d’impliquer des élèves de façon immédiate, elle peut concerner l’élaboration de matériel pédagogique, la conduite d’entretiens ou toute autre tâche permettant de mettre en place un outil de travail diversifié et rigoureux.

Categories: Non classé

Leave a Reply