Macron et le chlordécone. Demande de transmission de documents adressée au directeur de l'Inserm.

À Bruxelles, le mardi 9 avril 2019.

Monsieur le Président-directeur général,
Dans des déclarations récentes, monsieur le président de la République a affirmé qu’il fondait ses affirmations sur le caractère non-cancérigène du chlordécone sur des informations que l’Inserm lui a transmises ou publiées :

« Je me suis prononcé sur ce que l’OMS et l’Inserm nous ont donné. »1

Pourriez-vous, je vous prie, en vertu de la loi en vertu de la loi du 17 juillet 1978 me transmettre toutes notes, rapports ou documents que l’Inserm aurait fourni à la présidence de la République ou au gouvernement sur la question du chlordécone ?
Y a-t-il, dans les connaissances disponibles aujourd’hui des éléments qui permettent d’étayer l’affirmation de monsieur le président sur le caractère non-cancérigène du chlordécone ?
J’observe que les professeurs Multigner et Blanchet ont émis un communiqué2 qui contredit les affirmations de monsieur le Président et que l’Inserm, à ma connaissance à tout le moins, ne les a pas désavoués. Je note aussi qu’au moment de la publication des résultats des professeurs Multigner et Blanchet, l’Inserm avait diffusé une note de presse3 afin de faire connaître lesdits résultats et que cette note, à ma connaissance encore, n’a pas été infirmée, retirée ou contredite.
Ainsi que je l’écrivais à monsieur le Président de la République4, la tension évidente qu’il y a entre les propos présidentiels et ceux des scientifiques qui ont travaillé sur les effets du chlordécone est de nature à susciter le trouble. La confiance de nos élèves en la science et dans les institutions qui la font est une valeur capitale pour tout enseignant. Je forme des vœux pour que les documents que je vous demande permettent de dissiper toute perception erronée qu’il pourrait encore subsister sur les caractéristiques et les effets sur la santé du chlordécone et, plus généralement, sur la constance de vos positions, fondées, on le sait, sur des recherches sérieuses.
Je publie cette demande aux adresses https://blogs.mediapart.fr/sebastiannowenstein/blog/090419/macron-le-chlordecone-et-linserm et http://sebastiannowenstein.blog.lemonde.fr/2019/04/09/macron-et-le-chlordecone-demande-de-transmission-de-documents-adressee-au-directeur-de-linserm/
Je vous prie d’agréer, monsieur le directeur, l’expression de mes salutations distinguées.
Sebastián Nowenstein,
professeur agrégé.

2Voir, par exemple, le dossier de La Première.

Laisser un commentaire