Par la présente lettre, je vous saisis du cas de Mario Sandoval, cet ancien policier argentin qui vient d’être extradé par la France vers l’Argentine -où il est poursuivi pour crimes contre l’humanité- et qui a enseigné dans deux universités françaises pendant plusieurs années.

Monsieur Sandoval est soupçonné dans 500 cas de disparitions forcées en Argentine. De surcroît, en parallèle avec son enseignement universitaire, monsieur Sandoval a été conseiller politique des Autodéfenses unies de Colombie (AUC), un groupe terroriste -reconnu comme tel par l’UE- et paramilitaire responsable de 150.000 morts et de 80 % des assassinats de civils dans le conflit colombien.

Des étudiants qui cherchaient à s’éduquer et à se former ont été mis entre les mains de monsieur Sandoval. Je viens de saisir madame la ministre Frédérique Vidal de cette situation profondément anormale qui s’est prolongée pendant des années. La lettre à l’intention de madame la ministre est à votre disposition ici :

Cas Sandoval : lettre à l’intention de madame la ministre Frédérique Vidal

Je vous demande d’appuyer et de relayer ce courrier afin que la ministre diligente une enquête sur l’affaire Sandoval.

Je publie cette lettre à l’adresse http://sebastiannowenstein.org/2020/01/12/affaire-sandoval-lettre-aux-syndicats-etudiants/

Naturellement, je ne manquerai pas de publier aussi la réponse que vous réserverez à ce courrier.

Bien à vous,

Sebastián Nowenstein

professeur agrégé

Catégories : Non classé