Dans une scénette réelle, inventée ou arrangée, on ne sait, Iannis Roder contribue à nourrir la fiction de la continuité pédagogique et donne à voir dans Le Monde comment il a réussi à placer WhatsApp chez ses élèves. On l’en félicite dans ce commentaire de 1000 signes ou moins déposé sous son article.

Iannis Roder a réussi son placement de produit chez ses élèves et dans Le Monde, tout en dénigrant l’intranet institutionnel et tout en informant la France entière que Mehdi n’a pas d’ordinateur. C’est bien, vraiment très bien.
Ajoutons à cela que notre collègue, en cohérence profonde avec l’impulsion du ministère, a apporté une contribution de prix à l’illusion de la continuité pédagogique, un dispositif communicationnel qui a consisté à nourrir l’illusion que tout va bien et non à trouver des moyens de garder les élèves au travail sans accroître les inégalités, ce qui aurait impliqué en particulier de limiter le recours à des dispositifs synchrones, chronophages et peu utiles en termes pédagogiques.
Félicitons donc notre collègue pour cette scénette qui, réelle, inventée ou arrangée, on ne sait, s’insère à merveille dans l’air du temps et contribue au brouillage de la frontière entre travail pédagogique et garde à distance des enfants.

L’article de monsieur Roder est consultable à l’adresse https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/04/07/enseignement-a-distance-allez-on-se-connecte-tous-a-8-h-55-ou-presque_6035790_3224.html

Catégories : Non classé