Semana 2.

El Indigno

Tema del traidor y del héroe

Historia del conejo que quería ser grande y fuerte como un buey

Doñana

Concurso de fotografía.

El Indigno.

Para leer la historia: https://blogdelosmedios.files.wordpress.com/2013/03/el-indigno-jorge-luis-borges.pdf

Para escuchar la historia: https://www.youtube.com/watch?v=BpMJ9tTnBlM

Para escuchar este resumen: https://sebastiannowenstein.org/wp-content/uploads/2021/09/El-indigno-resumen..m4a

El indigno es un relato del escritor argentino Jorge Luis Borges.

  1. En él, vemos a Santiago Fischbein contar un episodio de su adolescencia.
  2. Santiago Fischbein era un joven tímido e inseguro que vivía en un barrio duro de Buenos Aires, la capital de Argentina.
  3. Francisco Ferrari, un delincuente respetado en el barrio, protege en una oportunidad a la madre y a la tía del narrador e integra a Santiago en su banda.
  4. Santiago, sin embargo, no entiende al principio cuáles son exactamente las actividades de Francisco, a quien ve como a un dios.
  5. Francisco Ferrari decide cometer un robo en una fábrica y le encarga a Santiago la misión de avisar si llega la policía.
  6. Santiago decide denunciar el proyecto y lo hace ante dos policías, que le dicen que haga lo que Francisco Ferrari le ha pedido, pero que no avise cuando lleguen los agentes.
  7. La policía sorprende a la banda durante el robo.
  8. En lugar de detener a Francisco Ferrari, lo asesina a balazos.

Pregunta:

¿Hay circunstancias en las que es legítimo denunciar a un amigo?

Tema del traidor y del héroe.

Para leer la historia: https://www.literatura.us/borges/tema.html

Para escuchar la historia: https://www.youtube.com/watch?v=CShVEfAGn_k

Para escuchar el resumen: https://sebastiannowenstein.org/wp-content/uploads/2021/09/Tema-del-traidor-y-del-heroe..m4a

Se trata de un relato de Jorge Luis Borges, escritor argentino.

  1. Cuenta la historia de Kilpatrick, héroe y traidor de la causa irlandesa.
  2. Kilpatrick es el jefe de un grupo de conspiradores que luchan por la independencia de Irlanda. El pueblo de Irlanda lo idolatra.
  3. Estos conspiradores comprenden que hay un traidor entre ellos.
  4. Kilpatrick confía a Nolan, su más cercano colaborador, la misión de identificar a este traidor.
  5. Nolan cumple con su misión y revela que el traidor es Kilpatrick.
  6. Los conspiradores condenan a muerte al traidor, pero deciden ocultar la traición y atribuyen la muerte de Kilpatrick a un asesinato cometido por los ingleses.
  7. Actúan así por dos motivos: quieren evitar que el pueblo se desmoralice y quieren acentuar la animosidad contra los ingleses.
  8. La estratagema funciona: Irlanda conquista la independencia y Kilpatrick pasa a la historia como un héroe.
  9. Ryan, bisnieto de Kilpatrick, decide escribir la biografía de su antepasado.
  10. Descubre la verdad, la oculta y escribe un libro a la gloria del héroe.

Pregunta:

¿Qué piensas de la decisión de Ryan?

Historia del conejo que quería ser grande y fuerte como un buey.

Para leer y escuchar la historia: https://sebastiannowenstein.org/el-conejo-que-queria-ser-tan-grande-y-fuerte-como-un-buey-seconde-ii/

Para escuchar el resumen: https://sebastiannowenstein.org/wp-content/uploads/2021/09/Historia-del-conejo-que-queria-ser-grande-y-fuerte.m4a

Leyenda guaraní.

  1. El conejo le pide a Dios que haga de él un conejo grande y fuerte como un buey.
  2. Dios acepta, pero con una condición: que el conejo le lleve la piel del tigre.
  3. El conejo le dice al tigre que va a haber un terrible tornado y que la única manera de no morir es atarse al árbol más sólido de la jungla.
  4. El tigre le pide al conejo que lo ayude.
  5. Cuando el tigre está atado el conejo lo mata y le arranca la piel.
  6. Dios no cumple con su promesa porque teme que, si lo hace, el conejo pueda matarlo a él.
  7. Dios coge al conejo por las orejas y lo manda de vuelta a la tierra.

Doñana

Para escuchar este resumen: https://sebastiannowenstein.org/wp-content/uploads/2021/09/Donana..m4a

  1. Doñana es un parque natural amenazado por la sobreexplotación de las aguas subterráneas que lo alimentan.
  2. Esta sobrexplotación proviene sobre todo de las actividades agrícolas y del turismo.
  3. Los pozos que permiten extraer el agua son, en gran parte, ilegales y sus dueños no pagan por el agua que extraen.
  4. En gran parte, las tierras agrícolas implicadas son, inicialmente, tierras forestales que no deberían haber sido utilizadas con fines agrícolas.
  5. España ha sido condenada por el Tribunal de Justicia de la Unión Europea (TJUE) por no respetar sus obligaciones de protección de Doñana.
  6. Los agricultores que no pagan el agua disponen de una ventaja competitiva sobre aquellos que sí lo hacen.

Concurso de fotografía.

Para escuchar este resumen: https://sebastiannowenstein.org/wp-content/uploads/2021/09/Concurso-de-fotografia..m4a

La Agencia Europea de Medio Ambiente (AEME) ha lanzado un concurso de fotografía en el que se invita a los participantes a representar el cambio climático en Europa, así como las respuestas que se dan a este fenómeno.

Una de las categorías del concurso es la siguiente:

Soluciones sociales para el cambio climático.

Desde las comunidades locales hasta las iniciativas a escala europea, estamos reduciendo las emisiones de gases de efecto invernadero y adaptándonos al cambio climático. ¿Puede mostrarlo a través de la fotografía?

¿Puede la foto de unas zapatillas corresponder a las exigencias del concurso? ¿Y la de un coche abandonado, sin ruedas y del que salen plantas? ¿Y la de un individuo encapuchado rompiendo un coche a mazazos? Justifica tu respuesta.

Imagina una conversación entre una joven y su padre en la cual la chica intenta convencer al padre de que se deshaga del coche y opte por la bicicleta o el transporte público.

Semana 3

Chères et chers élèves, 

La semaine prochaine vous aurez un DS. Les questions que je vous poserai seront très proches de celles que vous trouvez plus bas. Nous allons travailler sur ces questions en classe. Vous noterez vos réponses dans votre cahier, qui, je vous le rappelle, pourra être utilisé lors du DS. 

Si vous souhaitez me soumettre votre travail par mail (sebastian.nowenstein@gastonberger.fr), je ferai de mon mieux pour le corriger rapidement. Pensez à utiliser un correcteur orthographique, s’il vous plaît. 

La semaine du 27 septembre, je vous interrogerai à l’oral et sans notes sur ces questions ou d’autres très proches. La note d’oral pèsera deux fois celle du DS.

Comme vous pourrez le constater, j’ai fait une seule note pour l’ensemble de mes classes. Vous n’aurez pas de mal à trouver le ou les textes qui vous concernent.

Bon travail. 

Tema del traidor y del héroe 

El indigno 

Historia del conejo que quería ser grande y fuerte como un buey 

Doñana 

Concurso de fotografía. 

Tema del traidor y del héroe. 

  1. ¿Quién es el autor del relato? 
  2. ¿Dónde transcurre la historia? 
  3. ¿Qué sabes de los personajes siguientes: Kilpatrick, Nolan, Ryan? 
  4. ¿Qué decide hacer Ryan al final? 
  5. ¿Dice el relato qué es lo que lleva a Kilpatrick a la traición? 
  6. ¿Cuál es la idea de Nolan para que la traición de Kilpatrick no perjudique a la causa de la independencia? 
  7. Sitúa el fragmento siguiente en la historia: 

En la obra de Nolan, los pasajes imitados de Shakespeare son los menos dramáticos; Ryan sospecha que el autor los intercaló para que una persona, en el porvenir, diera con la verdad. Comprende que él también forma parte de la trama de Nolan… Al cabo de tenaces cavilaciones, resuelve silenciar el descubrimiento. Publica un libro dedicado a la gloria del héroe; también eso, tal vez, estaba previsto. 

  • Explica el fragmento siguiente a alguien que no ha leído la historia:

El 2 de agosto de 1824 se reunieron los conspiradores. El país estaba maduro para la rebelión; algo, sin embargo, fallaba siempre: algún traidor había en el cónclave. Fergus Kilpatrick había encomendado a James Nolan el descubrimiento del traidor. Nolan ejecutó su tarea: anunció en pleno cónclave que el traidor era el mismo Kilpatrick. Demostró con pruebas irrefutables la verdad de la acusación; los conjurados condenaron a muerte a su presidente. Éste firmó su propia sentencia, pero imploró que su castigo no perjudicara a la patria. 

  • Resume la historia en 50 palabras. 
  • ¿Está bien o mal que Ryan decida ocultar la verdad?  
  • Tu empresa te encarga que escribas una nota de prensa para evocar el centenario de su fundación. Tus investigaciones te llevan a descubrir que su fundador fue un criminal de guerra. ¿Qué haces? ¿Revelas la verdad o la ocultas? 
  • Tu empresa te encarga que escribas una nota de prensa sobre su producto faro. Tus investigaciones te llevan a descubrir que su fabricación daña el entorno. ¿Qué haces? ¿Revelas la verdad o la ocultas? 
  • Busca 5 verbos en presente del indicativo en el texto de la pregunta 7. Cópialos e indica cuál es su infinitivo. 

El indigno.

  1. ¿Quién es el autor del relato? 
  2. ¿Dónde transcurre la historia? 
  3. ¿Qué sabes de los personajes siguientes: Francisco Ferrari y Santiago Fischbein? 
  4. ¿Qué decide hacer Santiago al final? 
  5. ¿Qué lleva a Santiago a actuar cómo lo hace? 
  6. ¿En qué circunstancias puede ser legítimo denunciar a un amigo? 
  7.  Resume en 50 palabras este pasaje:

Un segundo episodio nos acercó. Yo estaba con mi madre y mi tía; nos cruzamos con unos muchachones y uno le dijo fuerte a los otros:

—Déjenlas pasar. Carne vieja.

Yo no supe qué hacer. En eso intervino Ferrari, que salía de su casa. Se encaró con el provocador y le dijo:

—Si andás con ganas de meterte con alguien ¿por qué no te metés conmigo más bien?

Los fue filiando, uno por uno, despacio, y nadie contestó una palabra. Lo conocían.

Se encogió de hombros, nos saludó y se fue. Antes de alejarse, me dijo:

—Si no tenés nada que hacer, pasá luego por el boliche.

Me quedé anonadado. Sarah, mi tía, sentenció:

—Un caballero que hace respetar a las damas.

Mi madre, para sacarme del apuro, observó:

—Yo diría más bien un compadre que no quiere que haya otros.

  • Identifica tres imperfectos del indicativo en el fragmento siguiente y escribe sus infinitivos.

Ferrari presidía una de las mesas. A los otros yo los conocía de vista; serían unos siete. Ferrari era el mayor, salvo un hombre viejo, de pocas y cansadas palabras, cuyo nombre es el único que no se me ha borrado de la memoria: don Eliseo Amaro. Un tajo le cruzaba la cara, que era muy ancha y floja. Me dijeron, después, que había sufrido una condena.

  • Comenta este intercambio:

Ya solos en la calle los dos, le pregunté a Ferrari:

—¿Usted me tiene fe?

—Sí —me contestó—. Sé que te portarás como un hombre.

Historia del conejo.

  1. ¿De dónde proviene esta leyenda?
  2. ¿Hablan, en la realidad, los conejos?
  3. ¿A qué aspira el conejo?
  4. ¿Qué condición le impone Dios para satisfacer su deseo?
  5. ¿Da la impresión el tigre de ser un animal inteligente?
  6. ¿Es todopoderoso el Dios de esta historia?
  7. ¿Es leal el Dios de esta historia?
  8. Imagina la vida del conejo después de caer del cielo.
  9. Traduis : Je veux être aussi grand que mon père.
  10. Identifie les temps verbaux présents dans cette phrase : El conejo subió al cielo y le dijo a Dios: “Dios, quiero ser grande y fuerte como un buey”.

Doñana

  1. ¿Dónde se sitúa el parque de Doñana?
  2. La desecación del parque de Doñana se debe a actividades humanas. ¿Cuáles son?
  3. ¿Ha actuado correctamente el Estado español en el caso de Doñana?
  4. ¿Te parecería apropiado boicotear a una cadena de supermercados que vendiera fresas producidas con agua robada?
  5. Eres responsable de la comunicación de una cadena de supermercados que sufre una campaña de boicot. ¿Cómo reaccionas?
  6. Imagina una discusión familiar cuando se sirven fresas de Lucena (un pueblo cercano a Doñana) en la mesa.
  7. ¿Debe el Estado francés proteger a sus productores de fresas contra la competencia de aquellos productores españoles que no pagan el agua que extraen de pozos ilegales?

Concurso de fotografía.

  1. ¿Te parece una buena idea organizar un concurso de fotografía sobre el calentamiento climático?
  2. Describe la fotografía que tú habrías sacado para participar en el concurso.
  3. Imagina la discusión del jurado que tiene ante sî tres fotografías: una muestra unas zapatillas, otra muestra un coche transformado tiesto para plantas y otra en que un encapuchado destruye un coche a mazazos.
  4. Un trabajador de un hipermercado gana el concurso con una foto que muestra una campaña de boicot contra su empresa, que vende fresas de la región de Doñana. ¿Cómo debe reaccionar la empresa?

Semana 4

Chères et chers élèves, 

La semaine 4 a été consacrée pour l’essentiel à des ds. 

De nombreuses fautes… 

La bonne nouvelle, cependant, c’est que, parmi ces fautes, beaucoup peuvent être évitées avec un peu d’effort et d’attention. 

Le pronom personnel sujet de la première personne du singulier (« je », en français), c’est « yo », pas « me », pas « soy », comme je l’ai souvent lu. 

Au présent de l’indicatif, à la première personne du singulier, les verbes réguliers se terminent par « o » : canto, como, subo. Si je vous demande Qui es-tu ? et que vous me répondez Je es* Pierre, ça ne va pas. C’est pourtant ce que je trouve souvent dans vos copies : le verbe à la deuxième personne, alors que le sujet est à la première. 

Etc, etc. 

La question qu’on doit se poser, c’est comment chacun de vous peut faire pour ne plus faire ce genre de fautes. 

Pour ma part, je suis convaincu que lorsque quelqu’un prend en charge son apprentissage, les choses s’impriment mieux. 

Prendre en charge son apprentissage, c’est, par exemple, se demander : « comment je vais faire pour ne plus oublier que la première personne, c’est « o » ? » Vous n’apprendrez que si vous cherchez à apprendre. 

Je voudrais vous rappeler ce que je vous ai dit en début d’année : dans la plupart des DS, vous pourrez utiliser vos cahiers. Et dans ceux-ci, vous pouvez inclure toutes les explications, toutes les fiches et tous les lexiques que vous voudrez (après avoir demandé mon autorisation). 

Voici quelques fautes que j’ai relevées : 

Pronom et infinitif. 

En français, on dit : « je veux les manger ». En espagnol, le pronom se trouve soit avant les deux verbes, soit après, jamais entre eux. Vous dites : los quiero comer ou quiero comerlos

Ser et estar. 

Deux verbes correspondent au verbe être en français : ser et estar. Savoir lequel des deux il faut choisir est souvent malaisé. 

Je vous propose un truc simple qui n’est pas parfait et qui ne résout pas tous les problèmes, mais qui peut vous permettre de limiter les fautes : Si, dans la phrase française, vous pouvez remplacer sans que cela sonne trop bizarrement, être par se trouver, c’est que c’est estar

Dans la phrase « Juan est à Madrid », vous pouvez remplacer est par se trouve ; donc, c’est estar : Juan está en Madrid

Dans la phrase, « Juan est médecin », vous ne pouvez pas remplacer est par se trouve ; donc, ce ne peut pas estar. Par conséquent, c’est ser : Juan es médico

Je le répète, cette petite règle n’épuise pas le sujet, mais ce peut être un début… 

Défaut de concordance. 

Souvent, je trouve des incohérences : un adjectif au singulier qualifie un nom au singulier (c’est comme si vous disiez Les pommes sont rouge*) ou un verbe au singulier pour un sujet au pluriel (Les pommes est chères*). 

Emploi erratique des temps verbaux. 

Parfois, vous commencez une phrase au passé, puis vous continuez au présent, puis vous revenez au passé, ou toute autre combinaison de ce genre. C’est comme si vous disiez : « Nous sommes allés au cinéma, nous regardons le film, nous nous sommes promenés après. » 

L’auxiliaire. 

En espagnol, il n’y a qu’un auxiliaire HABER, y compris pour les verbes de mouvement, qui, en français, ont être pour auxiliaire : j’ai mangé, mais je suis monté. En espagnol : he comido, he subido

La négation. 

Le no, qui permet de former la négation précède le verbe, il ne le suit pas. Il occupe la place du ne, en français, pas celle du pas, dont je vous raconterai l’histoire en classe. 

Le pronom personnel sujet. 

Comme je le disais plus haut, j’ai trouvé de nombreuses fautes qui montrent une méconnaissance assez générale des pronoms sujet : yo, tú, él, ella, usted, nosotros, nosotras, vosotros, vosotras, ellos, ellas, ustedes

La conjugaison. 

De façon générale, la conjugaison est mal connue. Comment faire pour la maîtriser ? 

Je crois qu’il faut associer deux choses : 0n doit, d’une part, s’efforcer d’apprendre les différents temps, suivant les tableaux que vous trouvez dans vos manuels, un peu partout en Internet ou que je peux vous donner. Mais on peut aussi, comme je vous le disais plus haut, apprendre toutes les premières personnes de tous les verbes réguliers d’un temps ou d’un mode. Il est, ainsi, intéressant de remarquer que la première personne du présent de l’indicatif des verbes réguliers est toujours « o », que la deuxième, contient se termine par « s », etc. 

Semaine 7, grammaire.

Cette semaine, nous avons continué à travailler sur les points de grammaire qui avaient posé problème lorsque vous avez fait vos DS.

Je reprends ci-après les explications que je vous ai données pendant la semaine. L’onglet Pour écouter vous permet d’accéder aux enregistrement de ces explications.

Il semble que certains parmi vous ne puissent pas accéder à l’enregistrement des corrections que j’avais mis à votre disposition sur Pronote. Je les mets à votre disposition ici.

Le pronom sujet vous.

Pour écouter 

Nous allons parler de vous. Du pronom vous. Du pronom personnel sujet vous.

Le pronom personnel sujet vous est celui que vous utilisez quand vous dites : Est-ce que vous avez corrigez, monsieur ? C’est aussi celui que vous employez quand vous dites à vos amis : Vous venez ?

Mais, attention, ce n’est le vous que vous employez quand vous dites : il vous parle. Ce dernier vous est un pronom personnel, mais pas un pronom personnel sujet.

Eh bien, ce vous dont nous parlons, il a pas moins de quatre traductions possibles en espagnol : usted, ustedes, vosotros et vosotras.

Usted, c’est le pronom que vous employez pour vouvoyer. C’est le vous que vous employez quand vous dites Est-ce que vous avez corrigez, monsieur ?

Ustedes, c’est le pronom que vous employez pour vouvoyer… au pluriel. Eh oui, en espagnol, nous avons un pronom –usted– pour le vouvoiement singulier et un pronom –ustedes– pour le vouvoiement pluriel.

Maintenant, s’il existe un vouvoiement pluriel… il faut bien qu’il existe un tutoiement pluriel : vosotros, qui connaît une forme féminine : vosotras.

Voilà donc les quatre traductions possibles du pronom vous

C’est ainsi que, en dehors de tout contexte, la phrase Vous mangez peut être traduite de quatre manières différentes : usted come, ustedes comen, vosotros coméis et vosotras coméis…

Le pronom COD.

Pour écouter

Le pronom COD est celui que vous utilisez quand vous dites Il la regarde ou Il m’écoute.

En français, il s’agit de la série me, te, le, la, nous, vous, les.

En espagnol, on a : me, te, lo, la, nos, os, los, las.

Attention à ne pas mettre de –v devant le pronom COD de la deuxième personne du pluriel, os : c’est une faute typique des francophones.

Une autre difficulté apparaît avec le vouvoiement : comment traduire Je vous écoute, monsieur ?

La réponse, je vous l’ai déjà donnée et je serai amené à vous la donner à nouveau : on utilise la troisième personne. En réalité, vouvoyer, en espagnol, revient à parler à la troisième personne en remplaçant les pronoms de la troisième personne par usted (singulier) ou ustedes (pluriel).

Du coup, si je vous demande de me donner toutes les traductions possibles de la phrase Yo lo escucho, vous devez me dire : Je vous écoute et Je l’écoute.

La plupart du temps, le contexte permet de savoir si on a affaire à une troisième personne (je l’écoute) ou à un vouvoiement (je vous écoute).

Il arrive cependant qu’on éprouve le besoin de préciser. On dira alors : Yo lo escucho a usted ou Yo lo escucho a él.

Le pronom COI

Pour écouter

Le pronom COI est celui que vous utilisez quand vous dites Je lui parle.

En français, c’est la série me, te, lui, nous, vous, leur.

En espagnol, ce sera me, te, le, nos, os, les.

Tout ce que je vous ai dit au sujet du vouvoiement quand on a parlé du pronom COD trouve à s’appliquer ici.

Si je vous dis de me donner toutes les traductions possibles de la phrase Yo le hablo, vous devez me dire : je vous parle et je lui parle.

Je redis ce que je disais plus haut : il arrive qu’on cherche à éviter l’ambiguïté en ajoutant un pronom : yo le hablo a usted ou yo le hablo a él.

Associer les pronoms COI et COD

Pour écouter

Si je dis : Je te donne le livre, j’emploie un pronom COI, te, comme nous venons de le voir.

Maintenant, si je remplace le COD le livre par le pronom approprié, qui est un pronom COD, j’obtiens la phrase : Je te le donne, Te lo doy, en espagnol.

Est-ce que vous avez remarqué qu’en français, l’ordre des pronoms n’est pas le même à la troisième personne qu’aux autres personnes ? On a l’ordre COI, COD pour les deux premières personnes, du singulier ou du pluriel, peu importe, mais COD, COI à la troisième personne. Ce n’est pas le cas en espagnol, où l’ordre est COI, COD, quelle que soit la personne. Il faut donc que vous évitiez de transposer la singularité, pour ainsi dire, que présente le français à la troisième personne quand vous vous exprimez en espagnol. Pensez donc à garder l’ordre COI, COD quelle que soit la personne.

Je voudrais signaler deux autres points qui sont source de fautes. Le premier concerne la transformation que subissent les pronoms le et les lorsqu’ils précèdent les pronoms lo, la, los ou las. Le deuxième, que nous connaissons déjà, concerne le vouvoiement.

Quand le pronom COI de la troisième personne –le au singulier, les au pluriel- est suivi d’un pronom COD –lo, la, los, las-, le pronom COI devient se. Disons que nous, hispanophones, n’aimons pas entendre le son -l répété… C’est une simple coïncidence, mais quelqu’un d’un peu idiot, de pas malin, est un lelo en espagnol. Je le répète, le mot lelo n’est pas quelqu’un qui ferait la faute consistant à ne pas transformer le le en se. Il s’agit juste de relever une coïncidence pour essayer de se souvenir d’une règle de grammaire et d’un mot de vocabulaire en même temps.

Voilà donc, pour résumer cette difficulté dont je vous parle : Vous avez deux séries de pronoms, les pronoms COI (me, te, le, nos, os, les) et les pronoms COD (me, te, lo, la, nos, os, los, las). Lorsque ces pronoms se rencontrent à la troisième personne, du singulier ou du pluriel, les pronoms le et les deviennent se. Cette transformation produit une perte d’information, puisque nous ne savons plus si nous avons affaire à un pluriel ou à un singulier.

Je ne vais pas m’appesantir sur la question du vouvoiement, qui ici, du point de vue des fautes que peuvent commettre les francophones, n’appelle pas d’autres considérations que celles que nous avons déjà formulées.

Prenons un exemple :

Se lo doy.

Quelles sont les traductions possibles de cette phrase ?

Je le lui donne.

Je le leur donne.

Je vous le donne.

Une petite question, tiens, dont on va parler un peu plus tard : Quelles sont toutes les traductions possibles de la phrase Se lo dice (il y en a quatre).

En général, le contexte permet au récepteur, à celui donc qui écoute cette phrase,  de comprendre quel est le sens qu’il faut lui donner.

Mais il arrive qu’il soit nécessaire préciser. C’est ainsi qu’on peut entendre, sans qu’il y ait forcément une volonté d’insistance : se lo doy a él (ou a ella), se lo doy a ellos (ou a ellas), se lo doy a usted (ou a ustedes).

Je voudrais signaler, avant de terminer cet épisode, une difficulté que j’ai constatée et qui ne tient pas aux caractéristiques propres des deux langues, mais à l’usage qu’on fait de leurs structures. J’ai l’impression qu’une partie des difficultés que vous éprouvez avec ces structures provient du fait que vous employez peu la combinaison le lui en français. J’ai l’impression que le le a tendance à disparaître dans le langage familier. J’ai l’impression, donc, d’entendre plus souvent Je lui donne que Je le lui donne, et même sh’ui donne que Je lui donne…, alors qu’en espagnol, cette disparition du pronom COD (lo, la, los, las) n’arrive, me semble-t-il, jamais.

Le futur proche

Pour écouter

L’espagnol et le français forment le futur proche de façon fort similaire, avec le verbe aller (ir, en espagnol) et l’infinitif. Notons, cependant, que l’espagnol met, entre IR et l’infinitif, la préposition A : IR + A + INFINITIF.

Il y a cependant une autre différence : les pronoms COI et COD s’insèrent avant ou après cette périphrase, avant ou après l’ensemble constitué par IR + A + INFINITIF, jamais au milieu.

On peut se dire que le futur proche est ressenti en espagnol comme une unité, comme un seul mot et que, dès lors, on ne peut pas le couper en mettant les pronoms entre les parties qui le composent. C’est ainsi que le pronom lo se trouvera soit avant la périphrase : Lo voy a comer, soit après celle-ci, collé à l’infinitif : Voy a comerlo.

Le saviez-vous ?, le français, autrefois, plaçait le pronom avant le verbe qu’on appelle recteur. Regardez, par exemple, ce fragment de madame d’Aulnoy, écrivaine du XVIIème siècle : « Dans ce moment, elle entendit du bruit derrière elle : la peur la saisit, elle crut que c’était quelque bête féroce qui l’allait dévorer. »… et non pas : qui allait la dévorer, comme on aurait dit aujourd’hui.

Les démonstratifs

Pour écouter

Les démonstratifs sont de drôles de mots. Dans leur usage premier[1], ce sont des mots qui ne peuvent être utilisés qu’accompagnés d’un geste.

Imaginez que je dise à Françoise : Françoise, donne-moi ce cahier-là, s’il te plaît ! et que je reste devant elle, les bras croisés. Eh bien Françoise ne saura pas de quel cahier je parle et elle me dira : Mais lequel, monsieur, celui-ci ou celui-là ?

Les démonstratifs, donc, ce sont des mots que nous disons lorsque nous montrons un objet et ils n’ont pas de sens propre, puisqu’ils acquièrent celui de l’objet désigné, s’ils sont des pronoms –celui-ci, par exemple, signifiant le cahier que je veux qu’on me donne- ou celui d’actualiser, d’attirer un objet dans le champ de l’échange, s’ils sont des adjectifs, comme quand vous dites ce livre-ci.

Commençons par la série suivante : este, ese, aquel. Ce sont des démonstratifs masculins singuliers. Voici leurs équivalents au féminin : esta, esa aquella. Et les deux séries au pluriel : estos, esos, aquellos et estas, esas aquellas.

Je vais vous donner une règle qui n’est pas tout à fait exacte, mais qui permet d’avoir une première impression de comment le système fonctionne. En première approximation, donc, on peut dire que este (ou esta ou estos ou estas) renvoie à des objets qui sont proches de moi, qui parle. Ese (esa, esos, esas), renvoie à des objets qui sont proches de toi, avec qui je parle. Et aquel (aquella, aquellos, aquellas) renvoie à des objets qui sont proches de lui ou d’elle, d’une tierce personne dont on parle.

On peut associer à cette organisation de l’espace les adverbes aquí, ahí, allí. Le premier correspondrait au pronom yo, le deuxième au pronom et le troisième au pronom él ou ella.

Suivant le même schéma spatial, nous avons des pronoms neutres : ESTO, ESO, AQUELLO, qui correspondent à des pronoms tels que ceci, cela ou ça en français.

Attention, malgré le -o de leur terminaison, il ne s’agit pas de masculins, mais bien de pronoms neutres. Pas plus que ceci n’existe pas au féminin -ou au masculin- ESTO n’existe pas au féminin ou au pluriel…

Les possessifs

Pour écouter

Nous allons, pour le moment, nous intéresser uniquement aux déterminants (ou adjectifs) possessifs.

Voici pour commencer : mi, tu, su, nuestro, vuestro, su.

Ici, nous avons ce qui semble être du singulier (il n’y a pas de -s) et du masculin (on voit des –o et pas de –a). Cette impression est exacte : je vous ai donné la série des déterminants possessifs au singulier.

Si nous ajoutons un -s à la fin de ces possessifs, nous obtenons une série de déterminants possessifs au pluriel : mis, tus, sus, nuestros, vuestros, sus.

Maintenant le féminin. Au singulier, d’abord: mi, tu, su, nuestra, vuestra, su.

Puis au pluriel :

Mis, tus, sus, nuestras, vuestras, sus.

On peut remarquer que l’espagnol indique le féminin aux deux premières personnes du pluriel, alors que le français ne le fait pas (nuestra camisa, mais notre chemise) et que les choses sont inversées aussi pour les trois premières personnes du singulier (mi camisa, ma chemise). Pour la troisième personne du pluriel, aucune des deux langues ne signale le féminin : su camisa, leur chemise).

Quels sont toutes les traductions possibles de su camisa ?

Nous avons déjà l’habitude de ce petit jeu :

Sa chemise, leur chemise, votre chemise…


[1] Je ne m’intéresse pas ici à la convention qui permet de renvoyer dans un discours à un élément déjà mentionné, comme ici : Nous avons vu Pierre. Celui-ci va bien, où celui-ci renvoie à Pierre, sans que cette attribution se fasse à l’aide d’un geste.