R. Schuman, "serviteur de Dieu" et complice de tortures et assassinats. Lettre à l'Église.

À Bruxelles, le lundi 19 février 2018.

Messieurs,
R. Schuman, alors qu’il était ministre de la justice, participa activement au dispositif de l’État français qui, par la torture et l’assassinat, réprima le mouvement de libération national algérien. Ce fait est public depuis au moins 2000, lorsque le journal Le Monde le fit connaître :

Autre découverte de Claire Mauss-Copeaux : un texte du 3 août 1955, signé par le même général Koenig, mais aussi par le ministre de la justice, Robert Schuman. Il précise la conduite à tenir en cas de plaintes faisant suite à « de prétendues infractions » attribuées aux forces de l’ordre : « une action supprimant la responsabilité pénale de ses auteurs (…) [sera suivie] d’un refus d’informer ( …) Les plaintes devront faire l’objet d’un classement sans suite, dès lors qu’il apparaîtra incontestable que ces faits sont justifiés par les circonstances, la nécessité, ou l’ordre de la loi. » En d’autres termes, le pouvoir civil assurait d’avance aux militaires l’impunité pour les dépassements qu’il exigeait d’eux. Et cela, deux ans avant la « bataille d’Alger », supposée avoir constitué le tournant en matière d’exactions. Source : Des historiens soulignent l’emploi « systématique » de la torture par l’armée française en Algérie, Le Monde du 3 décembre 2000.

Ce fait ne suffit-il pas à faire cesser la procédure de canonisation dont R. Schuman est actuellement l’objet à Rome ?
Auriez-vous l’amabilité de transmettre au papa le courrier ci-dessous, annexe I, que je lui adresse afin de l’alerter sur les actes commis par le serviteur de Dieu Schuman et le prier de mettre un terme à sa procédure de canonisation ?
Je publie ce courrier dans mon blog. Je serais heureux d’y publier aussi votre réponse ou celle du pape, si elles me parviennent.
Je vous prie d’agréer, messieurs, l’expression de mes salutations les meilleures.
S. Nowenstein,
sebastian.nowenstein@gmail.com
ANNEXE I :
Lettre au pape Bergoglio (en espagnol).

Laisser un commentaire